Le Festival des Arts dans la Rue de Strasbourg eurométropole s’est déroulé du 12 au 14 août dernier, et il a fait bien plus qu’animer la ville : il l’a fait rêver.

Le principe était simple : rassembler 20 compagnies de spectacle de rue et les disséminer aux quatre coins de la capitale alsacienne l’espace de 3 jours. Du vendredi au dimanche, les citadins et les touristes ont pu suivre les artistes et les représentations.

Tour à tour comique, touchant, spectaculaire ou magique, pour les petits comme pour les grands, le festival a rassemblé de nombreux curieux et passionnés pour ce grand rendez-vous de l’art.

Soul.City au coeur du FARSe

En collaboration avec la ville de Strasbourg, nous avons eu la chance d’être une composante à part entière de l’événement.

Chaque spectateur pouvait retrouver les différents spectacles sur l’application Soul.City. Ceux-ci y étaient classés par jours et par horaires, s’adaptant ainsi au mieux à l’utilisateur, quelle que soit son heure d’arrivée.

Mieux encore, nous avions les bras chargés de cadeaux : et ils étaient tous pour vous ! T-shirts, sacs, chapeaux, accessoires de jonglage : il suffisait de nous trouver dans la rue et de télécharger l’application (qui est toujours gratuite, on est sympa) pour recevoir des lots. Encore plus simple : on vous donnait notre position via Facebook, il n’y avait plus qu’à suivre le rythme !

Des artistes qui transmettent l’émotion

Les 20 compagnies en place ont répondu présentes et se sont données à fond chaque jour pour le plus grand plaisir de tous.

Des représentations comme celles de Cie Titanos et 1 Watt ont donné le sourire aux enfants comme aux parents, en redoublant d’imagination au service d’un humour burlesque et toujours amusant.

 

14159347_10210315145385011_825074438_nJouer avec la foule, c’est exactement ce que proposait la compagnie Décor Sonore, qui utilisait non seulement le mobilier pour le transformer en véritable instrument de musique, mais aussi le public lui-même. D’un simple bruit de lacet ou de fermeture éclaire, des personnes prises au hasard devenaient ainsi une partie du spectacle.

Et puis il y a ceux qui flirtent plutôt avec le risque, et donc aussi avec la performance, acrobatique cette fois. Stefano di Renzo et son spectacle “Hold On” nous a bluffé par ses talents d’équilibriste, seul sur sa corde. Des poids supplémentaires n’y ont rien changé : il ne faisait qu’un avec son support. Enfin, Circo Pitanga a assuré notre fin de parcours avec un duo d’acrobates impressionnant. Virevoltant au bout de leurs cordes sur un son mélodieux, les deux artistes nous ont fait oublier ce qui nous entourait, l’espace d’un instant. N’est-ce pas cela que de “s’évader” ?

Un public au rendez-vous

Les représentations ont attiré un nombre conséquent de spectateurs. Du simple curieux au vrai “FARSeur“, tout le monde a joué le jeu dans le partage de l’émotion.

C’est aussi ce que nous avons pu constater quand nous sommes allé à leur rencontre. Certains venaient vers nous car ils avaient suivi notre trajet via Facebook, et recevaient leurs cadeaux avec le sourire (ce sentiment de faire plaisir aux gens est juste très sympa, véridique). D’autres ont été interpelés par l’énorme drapeau que nous avions sur le dos : on ne pouvait pas vraiment nous louper… Les uns comme les autres ont été en grande partie très réceptifs à notre idée d’application, et nous les remercions pour cela.

Ludique pour les uns, elle s’est avérée être une vraie opportunité pour d’autres, strasbourgeois depuis peu.

Le partage et l’émotion : Soul.City est au rendez-vous

Durant ces 3 jours, chaque artiste a partagé une certaine idée de l’art avec son public. Au delà d’un partage, il s’agissait bien d’un échange, d’une connexion avec la foule : nous étions bien placé pour le remarquer !

L’émotion comme moteur, Soul.City la connait bien. C’est pour cela que cet événement était fait sur mesure, c’est pour cela que nous l’avons pris à bras le corps, et nous ne l’avons pas regretté.

Notre rencontre avec Ali Salmi (voir la vidéo ci-dessous), directeur artistique du FARSe depuis deux éditions, a confirmé que nous nous trouvions à notre place. Le FARSe est “la rencontre d’un public avec des émotions“, elle propose au public de “vivre … réellement dans le bon sens du terme“. L’application Soul.City a tout de suite résonner en lui, comme un vecteur de partage et d’innovation, et nous le remercions de nous avoir fait confiance.

Toutes ces rencontres font que nous, chez Soul.City, nous soyons convaincus de transmettre quelque chose, et de proposer plus qu’un guide de voyage : nous vous laissons exprimer vos sentiments, et nous vous proposons d’en découvrir de nouveaux, réellement et dans le bon sens du terme.

FARSe 2016 : interview d’Ali Salmi

À l’occasion du Festival des Art dans la Rue de Strasbourg eurométropole (FARSe pour les intimes), Soul.City s’est rendu au “Village du FARSe” dans la cour de l’école Pasteur, pour y rencontrer Ali SALMI, directeur artistique de l’événement.